Martin Juneau et Wu-Tang Clan


Comment est-ce que je me suis rendu là…

Il y a pas si longtemps je faisais des couteaux dans la moitié du garage de mes parents.


J'ai écrit à Martin cet été en lui proposant l'idée de lui faire un couteau avec du bois de vigne de vin sans trop savoir à quoi m'attendre. Honnêtement je me disais que quelqu'un d'aussi occupé qu aurait peut être pas le temps de me répondre et que mon message se serait égaré dans les internets.


Mais non.


J'ai eu une réponse rapide, enthousiaste et ouverte à mon idée. Je me trouvais et je me trouve encore bin gros chanceux.


Alors j'ai élaboré un peu, proposé l'idée de faire une collection de couteaux avec les initiales de MartinMartin et j'ai poussé ma luck en proposant de se rencontrer pour en parler et pour qu'il puisse voir les modèles que je fais.


La semaine après je me rendais au Pastaga avec ma mallette de couteaux comme si c'était super normal.



J'étais fébrile mais Martin est tellement accueillant que j'ai été à l'aise tout de suite. J'suis tombé dans ma zone et j'ai parlé de mes couteaux comme si c’était à un vieux chum.


Par la fin de la discussion la table du restaurant était pleine de couteaux.



Faut juste comprendre ce que ca représente... je passe des heures et des heures à travailler sur chaque lame et chaque manche avec le plus de perfectionnisme que je peux pour offrir le meilleur produit possible et je me retrouve là, avec sûrement la personnalité culinaire québécoise la plus importante pour faire un peu “juger" mon travail. J'ai paniqué une fraction de seconde.


Si Martin avait été assis dos à moi je me serais sentit à La Voix.


Bref.


Tout s'est bien passé, je suis retourné chez nous avec comme plan de dessiner un nouveau modèle exprès pour ce projet là. Je voulais pas prendre un de mes modèles et juste estamper MJ dessus.

Martin m’avait donné plusieurs indications des caractéristiques qu'il aimait et avec ca, je me suis mis à dessiner.


Ce premier dessin la marchait pas du tout. Je l'ai mis dans l'article pour montrer le processus mais je l'aime vraiment pas. C'était juste pas ça que ça allait être et je le savais. J'étais un peu perdu, je savais pu trop quoi faire.


J'ai écrit à Martin, encore, pour une question un peu spéciale. Je lui ai demandé quelle musique il écoute le plus ou qui a eu le plus d'impact sur lui.


Quand je travaille, j'ai toujours mes écouteurs dans les oreilles et j'écoute énormément de musique. J'ai remarqué l'impact de la musique sur mon travail, le mood et l'énergie des différents artistes changent comment je travaille et çaça va jusqu'à influencer les manches que je fais.


Martin m'a parlé de Wu-Tang Clan et de Cypres Hill.


J'ai commencé à écouter Enter the Wu-Tang 36 Chambers en boucle toute la journée qui a suivit et j'ai absolument adoré. Je me suis remis à dessiner et bam.



Bon c'est pas le jeu des 7 différences dans le journal mais voyez-vous ce qui a changé?


C'est fou parce que c'est si simple. Presque la seule différence c’est la courbe du dessus de la lame.


C'est encore un Santoku, absolument. Une pointe courbé/coupé et un tranchant presque droit, mais la nouvelle courbe de la lame inspirait un autre nom.


“Drop-down Santoku” est venu naturellement et ça fittait.


Je savais que j'étais prêt à faire 10 exemplaire de ce couteau là et que j'allais l'aimer à chaque fois que j'en termine un.






199 vues
  • Facebook - White Circle
  • White Instagram Icon