Notre plus gros problème et notre meilleure solution.

Je dois évidemment commencer par dire merci à tous ceux qui ont participé à la dernière vente en ligne, vendredi dernier.

Bon, si j’ai décidé d’écrire à nouveau c’est pour deux raisons : expliquer notre situation et annoncer quelque chose.


C’est encore une fois un peu fou. Vendredi dernier, à 19h00, on mettait en vente 12 couteaux d’une édition spéciale Pinard & Filles et ceux-ci se sont vendus en 31 minutes.


Évidemment on est hyper content de ces dernières ventes infolettre qui se sont toutes liquidées à une vitesse folle. C’est ce qui est un peu fou en fait, cette vente vendredi dernier a été la plus longue qu’on ait eu à date, et c’était seulement 31 minutes.


Je crois que je dois d’abord expliquer pourquoi on a décidé de faire des ventes infolettre comme ça. L’idée à la base était d’avoir quelques fidèles abonnés qui ne voulaient pas manquer les nouveautés. Ceux-ci seraient les premiers à voir les couteaux disponibles, quelques-uns en achèteraient, et ensuite, les couteaux qui restent, seraient disponibles sur notre site web pour la vente libre, et donc officiellement en inventaire. Ce qu’on n’avait pas prévu, c’est que des centaines de personnes s’abonneraient et que ne voulant pas manquer leur chance, seraient prêt, à l’heure annoncée, à sauter sur les quelques couteaux disponibles.


Deux facteurs expliquent un peu ça, en fait. C'est sûr que d’avoir près de 10 mois d’attente pour des commandes fait en sorte que certains clients préfèrent sauter sur un couteau disponible pendant qu’on en a. L’autre, c’est qu’il s’agit toujours de pièces uniques et quand on a un coup de cœur, on a un coup de cœur. Si en plus il s’agit d’une édition spéciale et qu’on est par exemple, avec raison, un amateur de Pinard & Filles, on a une raison de plus pour se dépêcher à acheter pendant qu’il y en a.


Donc ça, c’est dit.


Maintenant ça nous met face à un certain problème. Et j’en jase avec des amis et de la famille après chaque vente infolettre.


J’entends ‘’Câline va falloir que tu montes tes prix!’’ ‘’Va falloir que t’engage quelqu’un!’’

Le problème, et c’est un bon problème, c’est qu’on a une demande à laquelle répondre et elle est forte.


C’est sûr que c’est un réflex normal de se dire Demande forte = Hausse des prix

Mais elle est où la limite? Et est-ce que c’est vraiment ça que je veux?

Chose certaine c’est que je veux pas avoir des couteaux ridiculement hors de prix. Pour moi, le couteau coute le prix qu’il coute à cause de sa qualité, pas à cause que les gens en veulent plus.


J’suis pas là pour exploiter la demande pour faire du profit facile avec seul prétexte qu’il y a un engouement.


Donc si on veut grandir comme entreprise, augmenter notre portée, notre santé économique, on fait quoi?


On double les prix ou on double la production?

Avec ce que je disais, mon choix est clair.


Alors on double la production comment? J’engage?

Ouais ça peut faire du sens. Ça ralentis un peu le temps de former, ça prend du temps mais c’est du temps investi. Ensuite la production peut accélérer.


C’est difficile de ce côté parce que j’suis très perfectionniste et le facteur humain dans la fabrication a ÉNORMÉMENT d’influence sur le produit final.


J’évite tous les détails mais en gros, c’est trop de variabilité à mon gout dans le produit final et j’ai passé les plus grosses 4 années de ma vie sur cette compagnie, à vouloir offrir un produit exceptionnel et avec des particularités précises. Ça a été beaucoup de sacrifices et énormément d’efforts et j’aurais de la difficulté à voir le produit final varier parce que ma touche n’y est pas.